À LA UNE

Épisode 1 sur 2 : la norme iso 16128 ou le retour du greenwashing L’année 2018 a vu se dérouler une petite révolution dans l’industrie cosmétique avec la publication d’une nouvelle norme internationale, répondant au doux nom de ISO 16128. Son objectif ? Harmoniser la définition du bio dans les cosmétiques. L’intention est louable, puisque

À LA UNE

Les vernis à ongles sont sans doute les produits les plus toxiques que l’on peut trouver dans une salle de bain, au point d’être déconseillés aux femmes enceintes, certains ingrédients pouvant perturber le bon développement du fœtus. Les marques ont bien assimilé la réticence croissante des consommateurs-trices à utiliser des produits potentiellement dangereux pour la

À LA UNE

Les cosmétiques bio restent trop souvent associées, à raison, à des prix élevés. De plus en plus de marques proposent cependant des produits de qualité à des prix justes, mettant les produits sains à la portée de toutes les bourses. Nous avons sélectionné pour vous 5 marques certifiées ecocert à petits prix. Avril Beauté Créée

À LA UNE

Que veut-on vraiment dire lorsque l’on parle d’une composition saine et sans danger à propos de cosmétiques ? La définition d’un produit cosmétique sain n’est pas la même pour tout le monde : certains accordent uniquement de l’importance aux ingrédients nocifs pour la santé, quand d’autres sont également sensibles à l’impact des produits utilisés sur

À LA UNE

Depuis 2016, Corpo35 permet à de jeunes talents de la parfumerie de se lancer en créant leur première fragrance. Pour sa troisième édition, le concours Corpo35 poursuit son développement et s’impose comme un rendez-vous international incontournable, en dépassant 30% de candidats internationaux. Comme en 2016 et 2017, 35 candidats ont été accueillis en novembre dernier

À LA UNE

C’est une tendance profonde de notre société à laquelle n’échappe pas le secteur des cosmétiques : les consommateurs veulent savoir ce qu’ils achètent. Dans le cas des produits cosmétiques, la transparence et l’information du consommateur représentent des enjeux particulièrement sensibles : d’abord parce que les produits cosmétiques, par définition, entrent en contact avec le corps