Running : mon premier semi-marathon

running-semi-marathon

Je vous en ai parlé à de nombreuses reprises : courir un semi-marathon était le défi running que souhaitais relever, 2 ans après avoir commencé. Dimanche dernier, j’ai enfin parcouru ces 21,1km ! Voici le compte-rendu de ma course.

Avant le départ. J’avais choisi le semi des Boucles de la Seine. Relativement près de chez moi, un parcours plat et une chance d’avoir du beau temps à la mi-mars : ce sont les critères qui m’ont décidée.
Je suis allée chercher mon dossard la vieille, pour éviter de perdre du temps le jour-J et repérer le parcours. Cela m’a rassurée.
Dimanche, je me suis levée 3h avant le départ et ai pris un bon petit déjeuner. Sur place, j’ai retrouvé sur place une copine du club. Nous nous sommes échauffées ensemble : footing pendant 10 minutes et quelques accélérations. Le temps était magnifique, et tout aurait été parfait sans le vent qui s’est levé juste au moment du départ !

KM 1. On m’avait prévenue : « Ne pars pas trop vite ». Je fais donc attention, même si je me laisse un peu emporter par la foule. Je n’avais aucune idée de l’allure que je pouvais tenir sur cette distance, car je n’en avais pas travaillé. J’avais juste en tête l’idée de me rapprocher le plus possible des 2h.

KM 2-8. Je me sens super bien. Le parcours longe les quais de Seine, il fait beau. Je me cale dans un petit groupe et profite.

Km 8-16. Je passe les 10 km en 56 minutes, sans souffrir. Je craignais un peu de réaliser la même boucle 2 fois, mais en fait je trouve ça plutôt rassurant. J’ai pris des points de repère lors du premier tour, je sais à quel endroit le vent est de face, et à quel moment je peux accélérer.

Km 16-19. Jusqu’au 16ème kilomètre, mon allure moyenne est de 5min37/km. C’est à ce moment que j’accuse un peu le coup. La course est vraiment très dure pour moi entre le 17ème et le 19ème kilomètre : une grande ligne droite avec le vent de face et l’impression de stagner. Je regarde ma montre : il est encore possible d’être sous les 2h. J’essaie d’accrocher un groupe, mais je les perds après le dernier ravitaillement.

Km 19-21. A deux kilomètres de l’arrivée, l’énergie me revient. Il n’y a plus de vent, j’accélère à nouveau. Les spectateurs sont nombreux et nous encouragent.
Je franchis la ligne d’arrivée en 2:00:42. Je suis à la fois contente de mon temps et forcément un peu déçue de ne pas être sous la barre symbolique des 2h.

semi-marathon-depart

Le bilan

Je suis satisfaite de mon temps pour un premier semi. Bien sûr j’aurais aimé être sous les 2h, mais ce sera pour la prochaine fois ! J’ai trouvé l’exercice du semi-marathon plus agréable que celui du 10km, sans doute parce qu’il s’agit d’être régulier et de ne pas être à fond tout le temps. Je pense simplement que lors de ma prochaine prépa semi, j’intégrerai un travail d’allure spécifique pour être encore plus régulière et me fixer un objectif précis. J’aimerais courir un autre semi-marathon ou un 20km en 2016, mais je ne sais pas encore lequel. Mon objectif initial était Marseille-Cassis, mais je vais devoir revoir mes plans …

Et vous avez déjà couru un semi ? Partager vos expériences en commentaires !

 

Vous aimerez aussi

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *